17 mars 2014

Le racisme en jeu

Le racisme en jeu fait partie, comme le sexe, des sujets adultes. Comprenez que c'est un sujet que vous pouvez traiter dans une partie quand tous les joueurs ont suffisamment de détachement avec leur personnage pour se poser des questions sur la société dans laquelle ils évoluent.

Le racisme reste, en effet, un excellent moteur d'intrigues et de fausses pistes en tout genre. Il constitue aussi une excellente motivation pour un PNJ ou en toile de fond d'une intrigue politique. Ça fait partie de ces défauts qui donnent de l'épaisseur à un univers.

Les elfes & les nains.  La première fois que j'ai été confronté au racisme de fiction c'est chez Tolkien dans son Seigneur des Anneaux. On comprend que les elfes n'aiment pas les nains, et vice versa. On ne comprend pas vraiment pourquoi, mais c'est le propre même du raciste. Quelqu'un de raciste a souvent du mal à expliquer pourquoi il est raciste sans se réfugier derrière des stéréotypes ou des querelles qui remontent à Mathusalem. Il peut aussi invoquer l'idée d'une "race supérieure", soit pour des raisons religieuses, soit pour des raisons anthropologiques.

On arrive là à une notion intéressante, l'idée d'une race supérieure, qui fonde toute l'idéologie raciste. Les elfes détestent les nains, les nains détestent les elfes, mais ni l'un ni l'autre ne prétend supérieur. Pour vraiment donner de la consistance à cette haine, il faut cultiver l'idée que les uns se trouvent supérieurs, ou mieux que les autres.

On retrouve ça avec la notion de "premiers nés". Les elfes furent jadis les enfants chéris des dieux, leur première création, la première race à vivre sur terre. Ils sont donc en droit de se sentir supérieurs.

On retrouve ça aussi avec les défauts "de race". Les nains sont de gros buveurs et des alcooliques invétérés. Voilà du racisme bien gras. Les elfes boivent, il leur arrive d'être ivres, mais ce ne sont pas des alcooliques, eux. Les nains, au contraire, même les plus sobres sont soupçonnés d'être des alcooliques en puissance. Si ça se trouve, ils le sont dès l'enfance, on raconte même que les pères en mettent dans le biberon des nourrissons pour les aider à dormir.

Les races.  Il est difficile de parler de racisme sans parler de races.

On ne parle de race que chez les chiens, les chats ou les chevaux. Chez les hommes, c'est une notion un peu plus floue. Personnellement, je préfère parler d'espèces : c'est le terme utilisé en biologie.

Du coup, on devrait parler de spécisme plutôt que de racisme. Hélas, le mot est déjà employé pour parler d'autre chose et inutile de créer la confusion.

Dans les romans, les jeux de rôle, les bédés et les jeux vidéos, les humains sont une seule et même espèce. Les elfes, les nains, les orques en sont d'autres. Les semi-elfes ne sont pas une espèce à part entière. Ce sont les enfants nés d'une elfe et d'un humain, le plus souvent à la suite d'un viol. Il existe aussi des semi-orques, mais pas de semi-nains, sans doute parce qu'il serait difficile de les distinguer d'un humain de petite taille.

Cela implique que les humains, les elfes, les orques et sans doute les nains peuvent se reproduire entre eux. Dans ce cas, il doit s'agir d'espèces proches. Sur Terre, on trouve des chimères interspécifiques, comme on les appelle, c'est-à-dire des animaux issus du croisement entre deux espèces proches comme les moutons-chèvres et les souris-rats. C'est ce que m'apprend Wikipedia. La plupart de ces chimères sont stériles, comme les moutons-chèvres, mais entre deux espèces proches, elles peuvent être fertiles.

On est donc conduit à supposer que les elfes, les humains, les nains et les orques sont des espèces proches, mais pas assez pour que leurs chimères soient fertiles. Cela permet de faire des semi-elfes et des semi-orques des individus à part, doublement victimes du racisme ambiant.

Les plus intégristes supposeront que les espèces sont trop éloignées pour qu'elles puissent se reproduire entre elles. C'est ce qui s'est passé avec la 4e édition de Dungeons & Dragons. Les semi-elfes sont devenus une espèce à part, ni elfe ni homme. Quant aux semi-orques, ils ont tout simplement disparu.

Les stéréotypes.  Qui dit racisme dit stéréotypes. Le racisme aime se nourrir de ces généralisations abusives. Dites que tous les nains sont alcooliques, que tous les nains sont radins et vous êtes raciste. Vous faites dans le stéréotype.

Il n'y a jamais besoin d'aller chercher loin. Sur Terre, le racisme nous donne assez d'exemples pour imaginer ce que donne le racisme en jeu. Certains diront que tous les elfes sont homos, d'autres que tous les orques en ont une grosse, d'autres encore que ce sont des voleurs ou des menteurs ou qu'ils ne se lavent jamais.

En tant que meneur, faites la liste que ces stéréotypes. Personnellement, j'aime bien m'inspirer des stéréotypes qu'on entend régulièrement autour de nous. Les elfes s'estiment supérieurs aux autres, ils sont superficiels et intellos. Les gnomes sont petits, radins, alcooliques et fêtards, mais ils aiment le boulot bien fait. Les ogres sont sales, violents, mais ils en ont une grosse. Les félins sont menteurs, voleurs, fourbes et ils ne pensent qu'au cul. Les loups sont sales, fidèles, grande gueule, mais ils en ont une grosse. Les renards sont un peu menteurs, un peu voleurs, un peu marchands de tapis, mais super sympas. Les drunes espionnent tout le monde et couchent avec les élémentaires de la pluie et du vent. Ne parlons même pas des gobelins qui cumulent tous les défauts.

Un stéréotype n'a pas besoin d'être négatif. Dire que tous les loups sont courageux est aussi un stéréotype, parce qu'un loup peut très bien être lâche.

Pistes.  Il y a plusieurs façons de se servir du racisme dans un scénario. Mettons qu'un des joueurs ait choisi de jouer un personnage victime de racisme, un elfe par exemple, dans un univers où ils sont exploités et accusés d'être des voleurs et des menteurs. Il risque de se prendre assez souvent des réflexions, des insultes ou d'être provoqué. Il risque aussi avoir du mal à trouver du travail.

En tant que meneur, rien ne sert à vous acharner sur le personnage en question, au risque de dégoûter le joueur de son personnage. Vous pouvez aussi glisser quelques réflexions dans la bouche d'un PNJ pour tester sa réaction.

"Ah, c'est toi, le fameux elfe ?"

Vous pouvez aussi lui empêcher l'accès à un lieu pour voir comment il réagit.

"On n'accepte pas les elfes ici."

Vous pouvez aussi construire un scénario autour du personnage. Il est accusé à tort : un témoin l'a confondu avec un autre elfe. Après tout, ils se ressemblent tous, pas vrai ?

Autre idée : nos personnages doivent enquêter dans la pègre, justement chez un gang d'elfes. Comment notre personnage va-t-il réagir ? Va-t-il vouloir les enfoncer pour prouver qu'il est lui-même clean, ou va-t-il les défendre quand il comprendra qu'ils ne sont pas si coupables que ça ?

Si aucun des joueurs n'a pris un personnage victime de racisme, c'est dommage, mais il vous reste la solution de les confronter au racisme quotidien. Aucun d'eux ne joue un elfe, mais ils voient quotidiennement les elfes rabaissés, exploités et accusés à tort de tous les mots, voire même réduits en esclavage, comme dans l'univers de Dragon Age ou d'Harry Potter. Se risqueront-ils à prendre leur parti ? Plusieurs scénarios peuvent tourner autour de cette problématique : un elfe accusé à tort des méfaits d'un humain riche et dépravé, un autre qui s'est vengé d'un humain et qui risque la mort, un petit groupe d'elfes qui cherche à faire valoir leurs droits, etc.

14 janvier 2014

FIJ

Un petit mot pour vous dire que je serai présent au FIJ 2014. C'est au Palais des Festivals à Cannes du 28 février au 2 mars.

Si vous voulez vous inscrire, ça se passe ici.

23 novembre 2013

L'enquête pour les débutants

À Encoche, il est plus facile d'enquêter quand on est patrouilleur : les gens vous reconnaissent à votre uniforme ou à votre insigne. Mais cela peut être aussi un handicap. Quand on enquête sur la pègre ou sur des personnes suspectes, mieux vaut ne pas se montrer tout de suite en uniforme ni s'annoncer comme patrouilleur.

Que vous soyez ou non patrouilleur, voilà les quelques règles de base à avoir en tête.

29 juin 2013

Histoire encochine

L'article concernant l'Histoire encochine a été mis à jour pour correspondre avec la 3e édition.

24 juin 2013

L'Affaire Garelin

L'Affaire Garelin est un scénario déjà publié. Le voilà adapté à la 3e édition.

10 mai 2013

Encoche la Nonpareille

Encoche la Nonpareille vient remplacer le Guide d'Encoche. Trois pages supplémentaires qui reprennent tout ce qui était dit sur Encoche dans la 2e édition de Terres Suspendues.

17 avril 2013

Sortie 3e édition au format pdf

La 3e édition est désormais disponible au format pdf. Vous pouvez l'acheter ici en cliquant sur le bouton plus bas, ou sur le site de l'éditeur.

Mécaniques Magiques (Terres Suspendues, 3e édition)

Livret de 68 pages au format pdf

ISBN 979-10-91437-03-5

Prix public 5 €




27 mars 2013

H2J7

Histoire de Jouer, c'est ce viquène à Caen. L'occasion pour votre serviteur de faire une démo de Terres Suspendues le dimanche.

14 mars 2013

L'Affaire Capsuline

L'Affaire Capsuline est un nouveau scénario publié pour la 3e édition. Il tourne autour de la rivalité entre les patrouilleurs de la haute et de l'entre.

28 février 2013

Sortie 3e édition

Ta-dam ! La 3e édition sort aujourd'hui. Vous pouvez l'acheter ici en cliquant sur le bouton plus bas, ou sur le site de l'éditeur.

Mécaniques Magiques (Terres Suspendues, 3e édition)

Livret de 68 pages

ISBN 979-10-91437-03-5

Prix public 19 € (frais de port compris)