1 mai 2018

Les Morbicides Assermentés


  Une main noueuse aux doigts comme des souches m'empêche de fermer.
  "Miaule ? Nous ne sommes ici que parce qu'on nous a appelés…"
  Une autre main déjà se glisse dans l'entrebâillement, une patte aux griffes d'acier entraînées par de fins rouages.
  J'ai beau pousser la porte de toutes mes forces, les fragiles scellés de sûreté s'étiolent et cèdent dans un dernier flamboiement.
  C'est une épaisse jambe de bois, cerclée de fer, qui franchit le seuil en premier. Alors que, tremblante, je me sens défaillir à la vue du colosse, un deuxième individu pénètre ma triste mansarde.