29 juillet 2011

Imageries

  Les imageries font partie du quotidien des elfes et de la plupart des autres espèces. Quand on sort du travail, on n'aime pas manger seul chez soi, on préfère se retrouver entre collègues ou entre amis pour se changer les idées. Les imageries sont parfaites pour ça. Elles font à la fois bar, restaurant, salle de jeu, salle de concert, piscine, sauna, salon de beauté et maison close.

  Un statut particulier.  En dehors des marchés, les imageries sont les seuls établissements autorisés à servir à boire et à manger. Pourtant, on ne les considère pas comme des commerces, mais des lieux à part. De fait, les imageries relèvent de la maison Soupirs, et non de la maison Enclumes.
  Le maître d'une imagerie doit avoir une licence d'exploitation. Elle est délivrée par Soupirs et coûte 5 cristaux par mètre carré. La licence est liée à l'établissement, elle est transférable d'un propriétaire à un autre.

  Accueil.  Les imageries ouvrent entre quatre heures de l'après-midi et trois heures du matin. À l'entrée, les clients sont accueillis par un hôte ou une hôtesse. Les clients de marque sont accueillis par le maître ou la maîtresse des lieux en personne.
  L'hôte ou l'hôtesse se charge de ses clients pour la soirée. C'est lui ou elle qui leur apporte à boire ou à manger et qui les oriente vers telle ou telle personne. Il est de coutume de lui laisser un pourboire. Si l'endroit est bien tenu, l'hôte ou l'hôtesse vous demandera d'acquitter un droit d'accès à l'entrée.
  Quand on entre dans une imagerie, on arrive dans la salle de réception, coupée des autres salles. C'est là que les hôtes et les hôtesses vous accueillent avant de vous conduire à la salle à manger, à la salle de jeu ou à la salle d'eau. Les imageries les plus petites n'ont qu'une salle à manger, qui sert aussi de salle de jeu. La salle d'eau est percée d'un bassin ou d'une piscine au centre. Dans les plus grandes imageries, on aménage autour un jardin et une cascade.
  Les salles sont souvent entourées de petits salons séparés par un rideau. Quand le rideau est ouvert, le salon est libre. Quand il est fermé, le salon est occupé. C'est là qu'on peut rencontrer les intermédiaires ou les émailleurs, mais on peut aussi s'y retrouver pour des rendez-vous discrets ou des parties privées.

  Boissons.  On ne vous servira jamais de boisson seule, ce serait vous traiter comme un alcoolique.
  Les boissons sont toujours accompagnée d'amuse-bouches. On vous apportera des craquelins, des amuselles ou des pique-gueules, selon que vous préférez les biscuits sucrés, les biscuits salés ou les petits légumes au vinaigre.

  Spectacles.  C'est aux imageurs que les imageries doivent leur nom, et il n'y a pas d'imageries sans spectacles d'illusions. Toutes emploient au moins un imageur, mais pas toujours résidant. Il est quelquefois invité pour la semaine ou juste pour la soirée. Certaines imageries se font d'ailleurs un nom en invitant des imageurs prestigieux.
  La plupart des spectacles sont de courtes saynètes comiques. Les gobelinades ont toujours eu beaucoup de succès. Elles mettent en scène un gobelin ou un groupe de gobelins avec des noms ridicules comme Goliot ou Crevard. Il leur arrive toutes sortes de catastrophes. La plupart du temps, ils finissent écrasés, explosés, brûlés ou découpés en rondelles.
  Même les imageries qui préfèrent la musique aux illusions ne se passent pas des talents d'un imageur. Tous les rimeurs connaissent un imageur qui peut les accompagner.

  Parler affaire.  On ne vient pas seulement dans une imagerie pour manger ou prendre du bon temps. L'endroit est parfait pour parler affaire. Chez les intermédiaires, cette expression a un sens très particulier. Quand on s'adresse à eux, c'est souvent pour régler son compte à quelqu'un. Mais les intermédiaires sont prudents. Ils ne veulent pas d'ennuis avec les autorités et ils préfèrent parler affaire à demi-mots. Avec eux, mieux vaut ne pas employer des mots comme tabasser ou tuer. Ils vous enverront promener. Dites plutôt que vous avez besoin de faire comprendre les choses à quelqu'un.
  Les tarifs sont fonction du Rang de la victime. Comptez 10 cristaux pour faire peur ou tuer une personne de Rang 1, 50 cristaux pour une personne de Rang 3, 500 cristaux pour une personne de Rang 6 et 5 000 cristaux pour une personne de Rang 9. Multipliez la somme par dix si vous voulez vous assurer la mort définitive de la personne.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire