2 juillet 2011

Commerce

  Le commerce est aux mains de la maison Enclumes et des maisons marchandes. L'argent, lui, est créé par les joailliers des Grandes Maisons et circule par le biais de la Cour des Comptes.

  La maison Enclumes.  La maison Enclumes règle le commerce. C'est la Grande Maison la plus riche. Ce serait aussi la plus influente si elle n'était pas tenue par des gnomes. Les elfes acceptent volontiers que le petit peuple s'occupe du commerce, mais ils ont plus de mal à partager le pouvoir.
  Les économes d'Enclumes ont une seule mission : tenir à jour l'épais Registre du Commerce. Cet ouvrage volumineux recense tous les articles disponibles à la vente, des brosses à cheveux aux barges aériennes en passant par les lames de poings et les lanternes. Chaque article est l'objet d'un chapitre.

  Les maisons marchandes.  Les maisons marchandes sont des milliers. Ce sont elles qui tiennent les commerces. Elles paient à Enclumes la cession de tel ou tel chapitre, c'est à dire le droit de vendre tel ou tel article. Certaines dépensent même des fortunes pour avoir l'exclusivité d'un chapitre.
  Pour pouvoir ouvrir un commerce, un commerçant doit s'adresser à une maison marchande et demander une patente. Cette autorisation revient autour de 30 cristaux par an. Elle donne le droit de louer un commerce et de vendre les articles autorisés.
  Beaucoup de maisons marchandes s'étendent sur plusieurs terres et comptent plus d'un millier de commerçants. Certaines s'étendent même sur tout l'Empire et comptent plusieurs milliers de commerçants. Ces maisons-là sont bien établies et elles ont un rôle influent sur la politique impérial. Les marchands qui les dirigent sont souvent des personnages très influents. C'est notamment le cas de Maître Morvent. À la tête de la maison Sirène, il détient tous les chapitres sur le vins et il a même le monopole sur certains grands crus.

  Commerces.  Il y a deux types de commerces, les boutiques et les échoppes. Une boutique est un commerce en dur. Pour le loyer, comptez 1 cristal par semaine et par mètre carré. Multipliez le total par l'indice du quartier. L'indice 1 correspond aux quartiers minables, l'indice 3 aux quartiers corrects, l'indice 6 aux quartiers cossus et l'indice 10 aux quartiers les plus riches. Ainsi, on peut louer une petite boutique de 20 m² dans un quartier correct avec une pièce au fond qui sert de réserve ou d'atelier pour 60 cristaux la semaine (20 × 3).
  Une échoppe est un commerce de fortune. Souvent adossée à un mur, elle se limite à un étal, parfois protégé d'un auvent. Quand il ferme, le commerçant plie bagage et rentre chez lui. L'étal et l'auvent lui appartiennent, mais il doit s'acquitter de l'étalage. Cette taxe est fonction de la taille de son étal. Elle s'élève à 10 éclats par jour et par mètre carré.
  Les galeries commerçantes ont fait leur apparition récemment. Elles regroupent, dans le même espace, plusieurs boutiques affiliées à différentes maisons. La plus ancienne de ces galeries est le Passage du Dôme à Encoche. On y trouve les tailleurs et les bijoutiers les plus connus de l'Anneau. On peut aussi mentionner le quartier des Grandes Galeries à Dormance, où la maison Enclumes a son hôtel.

  La finance.  Les cristaux qui servent de monnaie d'échange sont créés par les joailliers. Eux seuls sont assez doués en Façon pour pouvoir le faire. Comme tous les virtuoses, ils sont à la fois très rares et très demandés. Les Grandes Maisons se disputent les services de ces gnomes d'exception.
  Les grands cristaux qui nous éclairent sont aussi une mine d'argent colossale, mais, là encore, leur Solidité les met à l'abri de la plupart des convoitises. Il faut être un voltigeur pour briser un cristal, et ces virtuoses en Force, comme les joailliers, sont aussi très rares et très demandés. Sans compter que l'armée et les transports ne peuvent se passer d'eux.
  Tout se paie en cristaux, mais rarement en liquide. La plupart des gens ont un compte ouvert auprès de la Cour des Comptes. Depuis des siècles, cette cour de clandestins gère les transactions financières depuis le monde spectral. Elle est dirigée d'une main de fer par le plus puissant des clandestins, le terrible Surintendant des Finances. Personne n'a jamais eu affaire à lui directement, et heureusement.
  Il y a plusieurs avantages à passer par la Cour des Comptes. Les transactions sont dématérialisées et fiables. Les clandestins, comme tous les esprits, ne peuvent pas mentir. En outre, ils sont surveillés de près par leur hiérarchie et on peut les joindre n'importe où. Même s'ils vivent sur le monde spectral, ils gardent constamment un œil sur notre monde. Quand on les appelle, ils apparaissent aussitôt par magie.
  Pour ouvrir un compte, régler un achat ou faire une transaction financière, on passe par la Sphère. On peut ainsi directement accéder à son compte et traiter ses opérations le biais d'un clandestin tatillon.
  Il est aussi possible de faire un prêt, mais ce sont les clandestins pointilleux qui s'en chargent. Les intérêts sont exorbitants. Ils sont fixés à 50 éclats par semaine et par cristal emprunté. Ceux qui se trouvent dans l'impossibilité de rembourser un prêt sont condamnés à servir la Cour des Comptes jusqu'au remboursement de leur dette.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire