28 mai 2012

Les Lendemains Lucides

  Les Lendemains Lucides s’étendent rive gauche. Le quartier, au niveau de l'Eau, est en grande partie inondé. Une végétation lugubre a envahi les lieux et en a fait une jungle marécageuse. Les habitations, montées sur pilotis, sont reliées entre elles par des passerelles.
  D'étranges pierres levées jalonnent le quartier, seules, par deux ou par trois. Elles représentent des visages aux traits stylisés. Les maineux, comme on appelle les habitants du coin, en ont fait leurs saintes matrones. Ils déposent à leurs pieds des offrandes de lait de gousse, de craquelins et de plureines. On dit que ces déesses de la fertilité accordent à leurs fidèles une "virilité triomphante".
  La majorité des habitants du quartier sont gobelins ou hobgobelins. Une petite communauté de sévés habite aussi en amont du fleuve. Ce peuple, originaire des Terres Cuites, a l'apparence d'elfes à la peau verte, mais leurs cheveux de feuilles et la sève qui coule dans leurs veines trahissent leur origine sylvestre.
  On a longtemps dit que le quartier était hanté les sorcières des marais, jusqu'à ce que les Dents de Sabre s'y établissent. Depuis, personne n'en entend plus parler. D'aucuns murmurent que la confrérie a conclu un accord avec les sorcières.
  Quoiqu'il en soit, les allumés évitent de traîner dans le quartier : l’Artifice déclenche souvent des effets en chaîne qu’on a du mal à contrôler.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire