27 janvier 2011

Torchlight

   Torchlight est un hack'n'slash. Ce n'est pas le genre de jeu vidéo qui me plaît le plus, mais l'univers m'a séduit. Pourquoi ? Parce que c'est arcanepunk évidemment.
  Une capture d'écran parle mieux qu'un long discours. Au centre, mon perso, un alchimiste. Traduisez un magicien, mais avec des lunettes de soudeur, un grimoire attaché par une chaîne à la ceinture et un éventail de potions dans leurs tubes à essai. À la main gauche, il porte un gantelet magique et un flingue magique. À la main droite, une baguette, magique aussi.
  Derrière lui, un magicien plus traditionnel avec sa barbe, sa robe et son chapeau. Sur la table à côté, des cristaux d'embre (avec un E), qui sont source de toute magie.
  Les autres personnages sont les familiers de mon perso. Un furet avec ses lunettes de soudeur et son étui de voyage, deux diablotins du néant et un golem alchimique.
  Torchlight est une petite ville qui vit de l'extraction de l'embre. Hélas, un mal ancien ronge la mine. Oui, l'intrigue n'a rien de très original, mais c'est un hack'n'slash, après tout.
  Ce qu'il y a de plus spécifiquement arcanepunk ? La magie et la science coexiste, et ça reste pulp. Les machines sont magiques et alimentées à l'embre. Il n'y a donc pas de compétition entre la magie et la science.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire