23 novembre 2013

L'enquête pour les débutants

À Encoche, il est plus facile d'enquêter quand on est patrouilleur : les gens vous reconnaissent à votre uniforme ou à votre insigne. Mais cela peut être aussi un handicap. Quand on enquête sur la pègre ou sur des personnes suspectes, mieux vaut ne pas se montrer tout de suite en uniforme ni s'annoncer comme patrouilleur.
  Que vous soyez ou non patrouilleur, voilà les quelques règles de base à avoir en tête.

  Identifier quelqu'un.  On peut identifier quelqu'un de plusieurs façons. Quand on croise une personne, on peut la reconnaître. C'est une action automatique en réminiscence. Si on ne connaît pas la personne, on peut tout de même lire sa signature, ce qui permet de la reconnaître plus tard ou d'identifier ses actions ou ses sorts.
  On peut demander à quelqu'un d'identifier une personne en lui montrant un visuel d'elle. Ce genre d'illusion est plus facile à faire pour les elfes qui ont tous assez d'Artifice.
  On peut aussi demander à quelqu'un d'identifier une personne en lui montrant sa signature. Cela nécessite une action en Savoir d'une puissance égale au Rang de la personne.
  Dans les deux cas, il faut se rappeler qu'une identification ne prouve rien. Si la personne qu'on cherche à identifier s'est transformée ou s'est métamorphosée, son apparence aura changé. Sa signature peut aussi être falsifiée. Et si c'est quelqu'un d'autre qui l'a transformée ou métamorphosée, non seulement son apparence a changé, mais sa signature se confond avec celle du sort, et donc avec celle de l'autre personne.
  Les patrouilleurs peuvent identifier une personne en consultant les archives, mais seulement si elle fait appel aux patrouilleurs comme protecteurs ou si elle a été mise en cause dans une agression ou si elle a porté préjudice à quelqu'un. Hélas, d'un district à l'autre, les archives ne sont pas les mêmes. À l'hôtel aux Corbeaux, elles sont gérées par Desdémone. À l'hôtel des Monarques et à l'hôtel Eustache, elles sont gérées par une section spéciale. Si on appartient à un autre district, il faut faire une demande auprès du central de l'hôtel, mais elle aboutit rarement. Mieux vaut avoir un contact ou un allié sur place, la réponse sera plus rapide. Si on ne fait pas partie des patrouilleurs, on a besoin d'un contact ou d'un allié sur place.
  Une personne qui fait appel aux patrouilleurs comme protecteurs leur donne toujours son adresse. Ce renseignement utile est donc facilement accessible.
  Si on sait que la personne est mage, on peut se renseigner au Secrétariat Hermétique de la Loge Invisible, mais mieux vaut avoir contact à la Loge Invisible. Le secrétariat peut donner ce genre de renseignement à un patrouilleur, mais pas nécessairement. Le patrouilleur doit avoir de bonnes raisons de poser la question.
  Si on pense que la personne fait partie de la pègre, mieux vaut avoir un contact ou un allié chez les Griffes ou chez les allumés.
  Dans tous les cas, il n'est pas nécessaire de se déplacer. Si on a la formule "Présence", un simple appel suffit.

  Contacter quelqu'un.  Il est très facile de contacter quelqu'un, même qu'on ne connaît pas. Il suffit d'avoir son nom pour l'appeler. Il faut tout de même avoir soi-même la formule "Présence" et que l'autre personne l'ait aussi. Cela ne veut pas dire que la personne vous répondra, même si vous êtes patrouilleur, mais vous pouvez toujours laisser un message.

  Se renseigner sur un habitant.  Quand une personne n'est pas chez elle, il est interdit d'entrer chez elle sans son accord, même quand on est patrouilleur, à moins qu'on soupçonne une agression. Un appel au secours, une porte ouverte ou enfoncée sont des motifs suffisants pour soupçonner une agression.
  Dans le cas contraire, mieux vaut se renseigner auprès du logeur ou de la logeuse. Dans tous les immeubles, il y a quelqu'un à l'entrée qui s'occupe de l'immeuble. C'est lui qui encaisse les loyers et veille au ménage et à l'entretien. Il est employé par l'archimage propriétaire de l'immeuble et c'est souvent un ou une gnome.
  Le logeur connaît forcément le nom de propriétaire de l'immeuble et celui des locataires, il est parfois au courant de leurs petites habitudes. Il le dira facilement à un patrouilleur, moins facilement à un étranger.
  Une fois qu'on connaît le nom du propriétaire, on peut se renseigner auprès de lui. Il n'est pas nécessaire de se déplacer. Si on a la formule "Présence", un simple appel suffit. Les archimages répondent rarement directement : la plupart ont des secrétaires qui s'en occupent. Encore une fois, on répondra sans problème à un patrouilleur, moins facilement à un étranger.

  Interroger quelqu'un.  Un patrouilleur a le droit d'interroger n'importe qui dans son district. Ne pas répondre est considéré comme suspect et peut justifier que le patrouilleur vous immobilise ou vous tue. Cette loi vaut d'ailleurs pour tous les protecteurs à partir du moment où ils se présentent comme tels.
  Par contre, rien ne vous oblige à répondre la vérité. Le patrouilleur, ou le protecteur, n'a pas le droit ni de vous forcer à répondre à l'aide d'un sort d'obéissance, ni de vous influencer en suscitant chez vous un sentiment, ni de vous torturer par la force. Dans tous les cas, il s'agirait d'une agression et elle pourrait être punie de mort définitive.
  Cela n'empêche pas des patrouilleurs de le faire. Tant qu'on ne se fait pas prendre, on ne risque rien !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire